A2H – Rédemption

Critique

A2H enchaîne les projets tout en prenant le soin de leur donner une direction différente à chaque sortie. Rédemption se veut varié, mais ne résonne pas comme une réelle évolution, ce qui rend le choix du titre assez songeur. Il tente de se créer son propre genre musical par un style très variété qu’il emprunte et auquel il rend hommage à travers quelques titres bien sentis. Le reste se ressemble trop pour tirer son épingle du jeu même si le rappeur fait ressentir le plaisir qu’il prend à faire sa musique.

L’album se compose de chansons françaises et morceaux rap. A2h change quasiment à chaque fois son flow. Un travail d’orchestration se fait sentir sur tout le long et rend agréable l’écoute. Pas envie de le dire qu’il produit lui-même est l’une des meilleures représentations de l’album, c’est un titre introspectif et mélancolique où il démontre sa versatilité à changer de style vocal entre les couplets et le refrain. Sur la production du morceau qui suit Angoisse, Ohleogan (qui co-réalise l’album avec A2h) vient l’accompagner au piano en reprenant habilement Shape Of My Heart de Sting et Dominic Miller. La composition se termine en harmonie sur un solo de violon et un beat rap brut. On retrouve ce type de jolie cadence avec le titre Noir [Produit par Ohleogan] sur un thème casse-gueule, mais où A2h évite toute tentative de conscientisation. Il met les pieds dans le plat sur sa situation d’homme de couleur. Le seul défaut de ce titre, c’est sa durée qui est assez courte [2:39]. Si ce dernier est plutôt réfléchi dans son fond, OG [Pinkman] renvoie au côté kickeur de l’artiste. C’est un savant mélange d’égotrip, accompagné de phases revendicatrices et grivoises, tout ce à quoi correspond A2h, mais sans forcer sur la facilité.

Ensemble musical

Les instrumentales tiennent une place importante dans l’album. Qu’elles empruntent une bass dancehall comme sur Lowkey [Ohleogan] où même une séquence reggaeton est calée. Qu’elles fassent la part belle aux compositions acoustiques, c’est ainsi que A2h y va de son coup de gratte sur Hors de ma vue qui lorgne humblement sur celui de Roch Voisine avec Hélène. Bien entendu, si cela se confirme, chacun ira de ses propres références concernant les inspirations de l’équipe Palace Prod. Rédemption est un album intermédiaire qui annoncerait un futur de plus en plus porté sur la chanson pour le rappeur de Melun.

La reprise d’Eddy Mitchell Couleur menthe à l’eau [Pierre Papadiamandis], qui pourra parler aux plus anciens comme aux plus jeunes, représente la ballade toute trouvée pour séduire une plus grande audience. Un titre qui fera sûrement son effet lorsqu’il se produira en live. Dans la même veine intimiste, Touche-toi [Ohleogan] est une coquinerie néo soul sans équivoque.

Qu’il rappe ou chante, la mélancolie semble toujours l’accompagner du début à la fin de sa rédemption. La dernière piste n’est pas une exception À la fin on sera 5 ou 6 / Les 5 ou 6 qui m’ont jamais sali / Les 5 ou 6 qui m’ont sauvé la vie / Les 5 ou 6 que j’appelle mes amis avec ses arrangements pop rock.

Histoire(s) à l’eau de rose

Après s’être précédemment focalisé en 2018, sur la guitare avec un côté disant rock, ce nouvel opus aurait pu contenir une atmosphère d’un autre genre porté sur le même instrument. Rédemption contient des histoires intégrées à une grande histoire, celle que vit son auteur avec l’amour. La cover très prononcée sur la couleur rouge apporte un indice sur la direction thématique de la passion. Rédemption n’est donc qu’un titre et non un album conceptualisé en dehors d’une nouvelle croisade à l’amour.

L’aspect paradoxal, c’est qu’il a intitulé son précédent album L’Amour et que sur le nouveau, la chanson d’introduction Que la vue est belle [Clyde Bessi], il commence ses paroles par J’ai arrêté la drogue / J’ai oublié l’amour se rendant peut être compte qu’il n’a pas tenu les promesses de l’ancien projet. Ces phrases chantées reviennent dans le refrain tandis qu’il rappe dans le dernier couplet Quand la nuit est noire / On croit que l’amour est mort / Je ne sais pas comment faire / Comment on s’en sort. C’est sûrement là le début de son rachat au sentiment, comme il le dit au début de l’instrumental Je crois qu’on va commencer l’album avec ce track

À partir de là le ton est donné en ce qui concerne le squelette des escapades amoureuses qui vont être mises en avant. Flow et refrain chanté pour la plupart, du déstabilisant dans sa forme qu’est Aime-moi encore à Sous l’oreiller [Prince] en passant par Un mec comme moi [Pinkman] qui n’est pas indispensable.

Star A2hcademy

La déstabilisation de Aime-moi encore, vient de son côté légèrement impersonnel. Dans le sens, où il aurait pu être placé aisément avec quelques modifications dans les paroles, sur le dernier album de Louane. L’album a le défaut d’une playlist, c’est un mélange de différentes ambiances pas assez bien emmené entre les pistes. A2h est un artiste complet ce qu’on le sait grâce à sa discographie bien remplie, mais son principal défaut c’est d’avoir trop de propositions. Cela a tendance à le noyer dans sa propre diversité. Il n’y a pas de mauvais morceaux à proprement dit ou de malaise en l’écoutant, c’est juste un problème d’enchaînement au niveau des pistes qui fait penser à un mode aléatoire.

A2h passe une partie de son temps à énumérer ses histoires amoureuses, bonnes et mauvaises, parfois avec certains de ses invités dont Tsew The Kid et S.Pri Noir. Si dans le fond, c’était différent de ce que l’on connaît déjà, cela apporterait de l’ampleur et de la qualité à ce qui est raconté, mais ça se limite à la caricature du fuck boy et des histoires mièvres. Sur Le cœur des filles [Clyde Bessi], il nous conte la tristesse des femmes causée par les hommes mal intentionnés. La forme est aussi superficielle que les récits rappés, ce qui est bien dommage, car c’est le thème principal de ses chansons.

La subtilité d’une certaine variété française qui semble être l’inspiration première de Pas du tout, est de savoir condenser un thème large de manière minutieuse sans tout révéler. Ce qu’ils arrivent à faire grâce encore à une musique savoureusement concoctée par le duo de réalisateurs, mais parasite la réception sur un album rap. A2h navigue entre les chansons et les morceaux de rap sans une transition permettant d’apprécier le mariage de ses deux univers sur cette galette. Pour autant, cela aurait été difficile de la diviser en deux et supporter une partie variété et l’autre rap. On sent quand même le remplissage à partir de Sous l’oreiller [Prince] et pense que quinze titres auraient suffi. 

Papa où t’es ?

Depuis le début du rap, il y a toujours des bonnes intentions lorsqu’un rappeur se livre à l’amour porté à sa mère, progéniture ou son père. Cela reste assez difficile d’être objectif tant s’est rempli de bons sentiments et correspond à l’émotion ou au ressentiment de chacun sur ce thème. À chacun d’en juger sur Pardon mama.

Par contre, ce qui est aussi présent dans le rap, c’est l’absence du paternel. Sur cet album et contrairement à ce qu’il a pu sortir jusqu’à présent A2h y fait allusion. Il le fait en guise de réponse à la place que tient sa mère dans sa vie. Que ce soit sur le dernier titre évoqué où il mentionne la séparation de ses parents que sur Pas envie de le dire, Noir et OG.

Classez-le dans la variet  

A2h a des ambitions herculéennes mais atteignables s’il retire ses titres sirupeux. Si l’on devait le comparer à une sortie récente côté variété française par exemple, en termes de durée Francis Cabrel réalise un album de 13 titres de 51 minutes (même durée que Louane avec Joie de Vivre et ses 19 titres). Certes, il n’a pas son pareil pour cultiver les relations amoureuses sur lesquelles il revient dans À l’aube revenant, mais fort est de constater qu’il utilise différents thèmes.

Rédemption contient 19 titres et dure 63 minutes. Il y a de jolies chansons qui laissent indifférentes, mais on constate un travail soigneux du band comme des chœurs. Même si le rap est un style musical populaire, il ne peut s’apparenter à la variété en donnant uniquement sur le thème autour de l’amour. A2h n’est pas dénué de talents, il le démontre une fois de plus en utilisant des codes pop. C’est en s’accaparant totalement le format souhaité qu’il pourra atteindre sans perte, la formule voulue.

Rejoins-nous sur Facebook