Lord Gasmique – Mieux

Critique

Du haut de ses 20 ans, le jeune rappeur bruxellois vient de sortir son tout premier projet solo, le 5 avril, en même temps que PNL. Audace.

Un EP diversifié

Quand bien même ce soit son premier projet solo, Lord Gasmique était loin d’être un inconnu à Bruxelles. Ses freestyles avaient fait du bruit, des concerts, une apparition remarquée sur la B.O du film Tueurs (en compagnie de Damso, Kobo, Caballero, Jeanjass…), un feat avec Roméo Elvis et sa présence au planète rap de ce dernier, et enfin sa participation à la géniale Grünt #33 :

Rien que ça. Jusqu’ici, l’artiste avait souvent envoyé le même genre de musique : de la trap sombre et de l’egotrip. Le risque était donc de voir le Lord s’enfermer dans un même style, lui qui refuse d’être mis dans une case. Heureusement, bien que la cover soit juste rose, le projet possède plusieurs couleurs musicales, plusieurs styles, plusieurs prises de risque, passant de l’autotune à de la trap avec sa voix rauque, et puis à des sonorités plus proches du RnB/dancehall :

Et du cloud rap :

Ici-bas, même le vide se perd, le crime se paie

Des idées sombres quand je vide le petsch (= joint), mes vices se percent

Mon gars tient une clope, t’inquiète, on a l’temps

Ici-bas, les plus vils se pètent car la Faucheuse se lève de bon matin

J’dois quitter ce monde avant qu’elle me crosse la tempe oh la mort m’attend

Ici-bas, les gosses se marrent alors qu’avec le Sheitan, on bosse la danse

Toutes les nuits, j’en fais des cauchemars, putain, toutes les nuits, j’en fais des cauchemars

On s’tire dessus puis on prône la paix mais il y a tant d’mal qu’on n’peut pas éviter

Ce monde cause ma part, c’est sous mon étoile que je pars méditer

Cette musique, nettement plus mélancolique que les autres, lui permet d’exprimer son pessimisme, parler du mal et de la mort, faisant de ce texte le plus intéressant de l’album.

Du flow à la technique

Lord Gasmique avait affirmé en interview qu’il adorait la langue française, et que le rap lui offrait grande une liberté d’écriture. Et ça se ressent sur le projet, il y est très technique, variant les figures de styles, passant des assonances aux allitérations et des métaphores aux comparaisons.

Seul sur le terrain, j’gagne les trophées sans concours

Celui qui me les casse, j’lui mets la sangle au cou

J’lui mets la sangle au cou et je la serre bien fort

Fiston, arrête le rap et si tu croyais bien faire

Ces fils de putes me croyaient bien faible

C’est la fête maintenant, ils m’offrent tous leurs belles nymphos

Ils sont déjà tous morts dans l’film et oui, c’est de ma faute

C’est moi l’père, celui dont toutes leurs mères raffolent

Une écriture imagée et technique qui fait passer des textes bruts avec un certain esthétisme. D’ailleurs cet esthétisme est également soigné dans ses clips, à l’image de celui de Chris Kyle, dont sont issues les paroles ci-dessus :

Une atmosphère glauque et presque oppressante ressort de la musique et elle est parfaitement appuyée par le clip. Mieux est rempli de références à la culture populaire, principalement au sujet du cinéma. Le rappeur varie beaucoup les flows, de façon à bien s’adapter aux excellentes prods de Dee Eye, qui sont très différentes les unes des autres, soulignant un peu plus la versatilité du Lord tout au long de l’EP.

Vent de fraîcheur

Cela dit, on aurait aimé un peu plus de diversité au niveau des thèmes et que le jeune artiste se confie un peu plus puisque l’auditeur en apprend assez peu. On a l’impression de ne pas savoir qui il est vraiment après l’écoute du disque, il ne semble jamais quitter la peau de son personnage. Même dans la musique Stéphane-Antoine (il s’agit de son prénom, laissant présager une musique introspective), il ne parle pas de lui. Ce qui offre donc un premier projet qui manque sans doute de profondeur et de regard intérieur, l’artiste restant en surface pendant toute la durée de celui-ci. Un autre défaut qu’on pourrait éventuellement lui reprocher, c’est qu’il n’y a aucun invité. Lord Gasmique fait en effet très peu de feats, et il ne fait pas exception sur cet EP. Dommage, car il fréquente beaucoup de rappeurs bruxellois, et on aimerait le voir partager plus souvent des musiques avec eux, histoire de s’y mesurer.

Avec ce bon premier projet, le rappeur laisse sa carte de visite, et surtout amène un peu de fraîcheur et de nouveauté à Bruxelles, avec de la trap très moderne, violente et démoniaque, et parfois à la limite du dérangeant, comme peuvent le faire des artistes américains tels que Night Lovell ou les $UICIDEBOY$. Chose qui manquait un peu dans cette ville. Mieux vaut tard que jamais.

Rotka
Rotka
Life's a bitch and then you die

Rejoins-nous sur Facebook et Instagram