Vince Staples – FM!

Critique

Avec son nouvel album, qui a débarqué par surprise début novembre, le californien se fait l'éternel poil-à-gratter du Rap US tout en surprenant encore.

Comme d’habitude chez Vince Staples, FM ! sonne dès la première écoute comme un album à la technique irréprochable. La performance du MC est juste excellente et se fait plus précise et incisive à chaque nouveau projet. Vince Staples se montre agressif à certains moments (Run the Bands), plus laidback à la californienne sur d’autres (FUN!), rapide (Don’t Get Chipped) ou même grandiloquent sur des refrains comme Relay.

Un album concept pur jus West Coast

Après son chef d’œuvre de noirceur Summertime ’06 et l’expérimental Big Fish Theory, ce nouvel album sonne clairement plus ensoleillé et léger, une forme d’hommage festif à sa région natale où chaque titre est conçu comme un banger. Pas étonnant donc qu’on retrouve des invités comme Jay Rock, Ty Dolla $ign, Kamaiyah ou la légende de la Bay Area E-40, l’objectif est de célébrer la West Coast par le biais d’une station de radio de la ville de Long Beach.

En cela FM ! sonne comme un disque-concept, les morceaux sont courts et s’enchaînent très rapidement (comme dans une émission de radio, la consigne standard est de ne pas dépasser les 3 minutes 30), et on a presque jamais de temps mort, les transitions étant accompagnées par la voix de l’animateur Big Boy Neighborhood (elles sont d’ailleurs importantes car confèrent à l’album tout ce ton léger et décalé, qu’on obtiendrait beaucoup moins s’il n’y avait que les morceaux rappés). On trouve aussi 2 interludes, toujours dans un esprit très radio puisque ce sont en fait des teasers pour les albums de deux artistes appréciés de Vince, et évidemment californiens : Earl Sweatshirt et Tyga.

Fraîcheur dans la production

Musicalement parlant, on est donc sur du bon gros banger de 2018, l’album est ultra cohérent et homogène au niveau des productions sans que ça en soit donc jamais chiant, celles-ci bien loin d’être un revival G-Funk nostalgique ou un pot-pourri du son de Californie remettent finalement les pendules à l’heure. L’innovation a toujours été un point fort de Vince Staples depuis ses débuts (on se rappelle du sample incroyable de Future sur Señorita), et on constate qu’à chaque nouvelle sortie il n’hésite pas à se remettre en cause artistiquement, et à proposer un concept, une tonalité, une direction musicale différentes.

Bien sûr, son côté noir et sarcastique ne l’a pas quitté et on le ressent toujours dans les prods, mais le tout est dilué dans une fraîcheur et une efficacité toutes californiennes, à l’instar d’un Still Brazy (rien à voir musicalement car YG se convertissait alors à la G-Funk) on retrouve cette spontanéité qui fait du bien à l’auditeur, et qui rappelle le son de la Bay Area ; plus du tout étonnant de retrouver alors E-40 sur l’album, pour des ad-libs d’anthologie sur FUN !, single clippé et morceau le plus efficace et représentatif de l’album.

Le format très court, enfin, participe grandement à façonner le disque et son identité, celle d’un pavé californien où la recette sea, sex, murder and sun fonctionne à pleins pots. Et au sortir des 22 minutes d’écoute, on n’a finalement plus qu’une envie ; se barrer fissa de notre grisaille et de nos gilets jaunes pour aller courir les pool parties de Long Beach. Défi relevé haut-la-main pour Vince Staples donc.

MattMartians
MattMartians
What happens on Earth stays on Earth

Rejoins-nous sur Facebook