Le troublant « Dance With The Devil » d’Immortal Technique

 

Il est conseillé de regarder attentivement la vidéo ci-dessus avant de lire l’analyse de la chanson.

Choquer pour sensibiliser

Si la chanson est fondamentalement violente, elle atteint son climax lorsqu’Immortal Technique affirme que l’histoire qu’il raconte est vraie. C’est ce qu’on appelle le shock value, comprenez : rendre une œuvre choquante afin de susciter une réaction chez l’auditeur/spectateur. Ce procédé est régulièrement utilisé dans les films d’horreur.

Non, le rappeur n’a jamais assisté à la scène qu’il dépeint, il est conscient de créer une légende urbaine. Mais il a expliqué que des faits similaires (viols, meurtres) se passent tous les jours et que l’histoire témoigne donc d’une triste réalité.

Témoignage fictif de faits réels

Immortal Technique a vécu à Harlem dans les années 80-90, à l’époque de « l’épidémie de crack ». Il en touche d’ailleurs un mot dans la chanson. Ironie du sort, le rappeur est d’origine péruvienne, comme le crack (le Pérou était l’un des principaux exportateurs de cette drogue dure). La description se veut très réaliste : le rappeur connait bien ce milieu.

À travers Dance With The Devil, il dresse de nombreuses critiques, dont une contre la société capitaliste car elle vend du rêve aux jeunes. Du rêve souvent inaccessible pour les pauvres. Ou accessible par un seul moyen; le crime.

Descente en enfer

La recherche de gloire et d’argent pousse Billy à accepter de commettre des actes de pire en pire : vol, vente de drogue (douce puis dure), violence physique, viol en enfin meurtre. Alors qu’un jeune de son âge aurait dû passer les étapes et les niveaux à l’école. La société capitaliste pervertit la jeunesse, au point de leur faire croire que seul le crime paie. Immortal Technique lui-même a arrêté l’école pour se lancer dans le banditisme.

Durant toute sa carrière, le rappeur a combattu -entre autres- le capitalisme exacerbé et la violence faite aux femmes. « Dance with the Devil » reste son morceau le plus marquant, et bien qu’il ait fêté ses 20 ans, il n’a pas pris une ride.

Rotka
Life's a bitch and then you die

Rejoins-nous sur Facebook et Instagram

[instagram-feed]

Recommandé