Makala – Radio Suicide : l’anti-analyse

Vendredi 21 juin 2019. Jour de Fête de la Musique. Ok, en France. Mais en Suisse se passait, le même jour, quelque chose de bien plus intéressant. La sortie du premier album, « Radio Suicide », de Makala, aka le Mak.

Radio quoi ?

Ad

Une seule écoute du projet ne suffit pas pour pouvoir en parler. Deux écoutes ne suffisent pas non plus pour pouvoir parler dignement du projet. Et finalement trois, quatre, cinq, six écoutes non plus.

En fait, écouter Radio Suicide c’est accepter d’être plongé.e dans une expérience. Exactement comme dans le projet « Le Regard Qui Tue » (voir chronique ici) livré par l’autre frère de la piscine, Varnish la Piscine, début 2019, dans lequel on entendait dit par Rico TK dans le morceau « Somewhere in Monaco » : « Cette histoire n’est pas une histoire, cette histoire est une expérience auditive. »

Spoiler : Ce n’est pas avec cet article que vous comprendrez pourquoi l’album s’appelle Radio Suicide, ou pourquoi cette pochette a été retenue comme pochette d’album.

Radio Suicide : pas un simple album mais une expérience

Alors même si Radio Suicide n’est pas un film auditif mais bien un album, on se retrouve plongé.e dans l’univers des frères de la piscine sans vraiment savoir où on en est, ce qui est vrai, faux, absurde, réel. La question « est-ce qu’il y croit vraiment à ce qu’il dit ? » tend à revenir souvent mais tant pis, quitte à entendre quelqu’un dire qu’il est le meilleur et que quand tout le monde l’aura compris, il sera le Roi du monde, pourquoi ne pas y croire soi même ? Car quand on écoute Makala, et la pochette semble l’indiquer, on est directement impressionné.e par le charisme et l’assurance qu’il communique. « Même si t’es mon daron, tu me parle, tu m’montre du respect », « Tout ce talent me rend anti-sociable », « J’m’applaudis, j’me check good job » rien que dans McEnroe.

Autre élément de la pochette : la présence de Varnish La Piscine. Makala et Varnish sont inséparables ; ce sont des frères et ils n’ont pas cessé de collaborer depuis leur rencontre, qui remonte sûrement à avant, mais est actée au premier projet de Makala, « La Clef » sorti en 2013. Depuis, on retrouve « Pink Flamingo » au départ puis « Varnish la Piscine » dans les crédits de production de chaque projet de Makala.

L’anti-analyse, ou pourquoi parfois tenter de parler d’un album ne sert à rien

Cette chronique ne sera donc pas une chronique d’album classique. Ici, on ne dira pas à quel point l’album de Makala est cool parce que ça ressemble à du [insérer artiste américain connu].

Tout ce que l’on sait de la genèse de Radio Suicide c’est que :

  • (on l’avait déjà vu dans l’article sur Le Regard Qui Tue) Varnish la Piscine a pour idoles Tyler, The Creator et Pharrell Williams
  • Makala dit ne s’inspirer de personne, il veut simplement prouver que c’est le meilleur

Mais ces deux éléments ne suffisent pas à imaginer ce qu’est l’album ; on voyage au fil des morceaux, chaque morceau est une aventure. C’est assez simple à expliquer finalement : avec tous les changements de flows par morceau et les changements d’instrumental, impossible de s’ennuyer (ce qui est assez incroyable sur un album qui compte pas moins de 21 titres).

Radio Suicide cover verso

Vouloir définir revient parfois à limiter

Donc exit le classique Makala c’est cool parce qu’on dirait du Tyler : non, on ne dirait pas du Tyler mais on reconnaît évidemment que certaines harmonies sont proches de l’univers de Tyler, et ce parce que Varnish est un passionné. Makala lui même dit ne jamais avoir écouté un album de Tyler en entier…

Idem pour les genres : vouloir définir le style de Makala sera le limiter.

Parler de disco/funk/rap/trap est totalement inutile ; à chacun.e de juger…

Les beats peuvent être mélodieux (Margaret Dry), wavy (Hit Machine feat. Ike Ortiz), énergiques (King Pistol feat. Slimka, McEnroe), calmes (Nice Smile / Mr. Synopsis), atmosphériques (Radio Suicide), indescriptibles (Brigitte Barbade, Big Boy Mak) : rien ne s’impose, tout se mêle.

Au bout du compte, l’album ne perd pas la personne qui écoute, même en comptant 21 titres.

La musicalité des titres est excellente, le lyricisme (intéressant pour quelqu’un qui a fait ses armes dans des freestyles, chez Grünt ou Planète Rap), le charisme, le personnage : tout fonctionne.

Les morceaux forts pour découvrir l’album sont clairement Big Boy Mak (Bimbo Version, version différente de celle du clip), Liberty, Goatier, Margaret Dry et King Pistol.

Le contexte de la sortie de Radio Suicide

L’objectif reste ici d’informer la personne qui lit sur l’album donc replaçons différentes choses.

Makala est né le 7 mars nonante 3, il vient du quartier des Avanchêts à Genève, en Suisse. Il rappe depuis assez longtemps, c’est un kickeur et son premier projet officiel est sorti en 2013. Produit par Pink Flamingo (alias Varnish la Piscine), il marque le début d’une lignée de projets signés par le duo : Varaignée en 2014, Varaignée Part. 2 en 2015 (sur lequel on trouve l’excellent titre « Golf » en collaboration avec Alpha Wann). Il signe chez le label BMG France en 2016.

Makala est indissociable de son label Colors Records, et surtout de sa clique SuperWak (avec Dewolph, Daejmiy, Slimka, Di-Meh, Danitsa et beaucoup d’autres). Il s’est fait connaître du public lors de plusieurs tournées avec les XTRM BOYZ Slimka et Di-Meh.

Son EP sorti en juin 2017 Gun Love Fiction a connu un succès d’estime qui a fait monter les attentes pour son premier album. Un featuring avec Caballero sur l’album de Deen Burbigo « Grand Cru » en 2017 a permis de faire connaître Makala à un public pas forcément averti du rap suisse.

Une promotion d’album unique

Makala-visuel

Tout commence avec un titre de Gun Love Fiction, Gun Love Fiction dans lequel on entend « Quand j’écoute leur track tu sais c’que j’entends ? « Makala sort l’album s’teuplaît » » Une leçon de teasing.

Le 22 décembre 2018, Makala publie un extrait de ce qui deviendra le titre Margaret Dry sur son IGTV. La vidéo n’est plus disponible sur son Instagram mais sur YouTube.

Mais la suite n’en a été que plus surprenante ; plusieurs mois avant la sortie de l’album, Makala fait un live sur Instagram et des tweets où il invite ses fidèles à s’abonner à une mystérieuse chaîne YouTube « R S ». Évidemment plusieurs mois après, la chaîne change de nom et devient Radio Suicide.

Le 21 avril sort l’incroyable clip du titre BIG BOY MAK, réalisé par Scotty Simper et Makala. La direction artistique est incroyable, de toute façon les membres de la SuperWak clique nous ont habitué.e.s à un niveau élevé que ce soit avec le clip de Wes Anderson de Slimka et Varnish la Piscine ou de Dinasty de Slimka, Varnish et Makala. Le clip de BBM inaugure la chaîne Youtube.

Des vidéos de promo jamais vues

Après le clip de BBM, Makala poste plusieurs ensembles de vidéos sur Instagram/Twitter :

  • première vidéo, avec Rico TK dans une cuisine : « C’est compliqué en Suisse, C’est impossible en Suisse… T’sais quand tu dis ça, tu regardes avec admiration tous ceux qui ont choisir le chemin de la lamentation. » « #LalbumDeLannee #NestPasEncoreSorti »
  • deuxième vidéo, dans un parc avec des enfants qui ne le prennent pas au sérieux et son amie d’enfance qui raconte des souvenirs
  • troisième vidéo, au studio, « Dans le ventre de la bête »
  • quatrième vidéo, en compagnie de Varnish la Piscine, « De la pataugeoire à la piscine » dans une voiture en route vers un évènement un peu spécial. En fait, Makala a donné rendez-vous à ses fans de Genève devant une usine fin mai…
  • cinquième vidéo, sur l’évènement en question : « C’est qui l’plus méchant ?! »

La 18 juin sort le premier épisode du Radio Suicide show, « XTRM Poulet épisode 1 ». C’est drôle, c’est absurde, c’est SWK. Il sera suivi d’un deuxième épisode, « Imbéciles Cup » où on voit un tournoi de foot qui oppose Di-Meh à Daejmiy, les yeux bandés, guidés par les voix de Rico TK et un proche du SWK.

Le 19 juin sort le clip du titre Goatier, le titre est extrêmement efficace et faisait encore monter l’impatience avant la sortie de l’album…

Et maintenant ?

L’article est écrit le 4 juillet 2019 ; aujourd’hui Makala a annoncé ses dates de tournée. Le 3 juillet 2019, il proposait à ses fans de se réunir pour écouter et parler de l’album. McEnroe est actuellement programmé en playlist sur Radio Nova (Ginger Juice l’était l’année dernière) ce qui va forcément offrir de la visibilité à Radio Suicide.

Makala RS Tour

Attendons patiemment les prochains visuels, les possibles listening parties et la tournée.

Inès Blzn
Inès Blzn
Mixologue

Rejoins-nous sur Facebook et Instagram