Lala &ce – Le Son D’Après

Critique

Tout en lascivité autotunée, Lala &ce nous transporte dans un univers qu’elle crée tout au long de l’un des projets les plus intéressants de 2019.

En tête de la chronique sur LSDALSDA Cover verso

Lala &ce who ?

Reconnaissable entre mille de par sa voix grave surmontée d’autotune, Lala &ce est l’une artiste qui se fait remarquer depuis 2015, notamment dans l’univers du Soundcloud rap.

Avant de se défaire de « La Secte » (le collectif 667) très récemment, Lala &ce y était liée. Elle était donc depuis toujours liée à une proposition atmosphérique, même si sa musique a toujours été moins marquée par les signes occultes appréciés des artistes du 667.

L’élément déclencheur de sa carrière reste la sortie en 2017 du morceau Bright qui aujourd’hui compte autour de 500 000 vues sur YouTube.

Lala ne force pas, elle ne veut pas rentrer dans une case ; elle fait son truc et tant mieux si des gens accrochent.

Et ça marche : Lala relaie beaucoup les gens qui la soutiennent en story Instagram et l’impact de LSDA est évident, pour une artiste qui pourtant n’a pas eu beaucoup de relai sur les médias pendant un certain temps.

Jusqu’en 2019 où Lala est dans la compilation Deezer « La Relève » sur la piste BBB, dans des interviews pour les magazines Grazia, dans les Inrocks, dans l’Obs, dans Next (Libération)… En plus de ça, Lala est une artiste qui s’est beaucoup produite sur scène ces dernières années, elle est proche de son public et LSDA était donc accueilli avec impatience.

Le contexte d’écoute de l’album

Peu avant la sortie de la mixtape Le Son d’Après, le site Swamp Diggers a publié deux compilations regroupant tous ses morceaux sortis ces dernières années avec les morceaux en solo d’un côté et les morceaux en collaboration de l’autre. Occasion de découvrir l’artiste hors du cadre d’un projet construit comme LSDA (note: un EP nommé en attendant xx… était sorti en 2017 donc LSDA n’est pas le premier projet de Lala &ce).

J’ai personnellement découvert Lala &ce avec un morceau de coucou chloe, « Touched. » Ce morceau m’avait marqué dans le sens où je n’avais pas saisi une seule des paroles vu que tout est marmonné, et pourtant je l’écoutais en boucle, je me laissais porter car c’est ce que fait la musique de Lala &ce.

Quelques temps après, je découvrais son morceau Bright, véritable banger ; différent de ce à quoi j’avais accroché sur Touched et pourtant, tout autant voire plus efficace que ce premier morceau.

Et finalement, c’est cette dualité que l’on retrouve sur Le Son d’Après. Avec Lala &ce, on peut à la fois être bercé.e par des morceaux atmosphériques comme l’Intro du projet, Early Bird (produit par Rolla) ou bien écouter des morceaux beaucoup plus énervés, sombres et dans l’egotrip comme Serena – Botcho (aussi produit par Rolla).

Un rap unique

Ce qui fait la personnalité de Lala &ce c’est à la fois le mumbling/mumble rap et l’autotune/vocoder.

Le mumbling c’est le fait de ne pas articuler en rappant. Certain.e.s artistes poussent le concept jusqu’à son paroxysme, à la manière de Tierra Whack qui dans « Mumbo Jumbo » rap quelque chose d’inaudible avec quasiment pas de paroles si ce n’est des mots et phrases répétées inlassablement.

Avec Lala &ce, on n’atteint pas ce niveau de mumbling, d’autant plus sur LSDA où les paroles sont beaucoup plus audibles que sur certains de ses morceaux sortis avant comme Touched, évoqué plus haut ou même #Yeyeaa featuring Jorrdee. Mais des morceaux tels que Élèves featuring Freeze Corleone montraient déjà que Lala &ce et le fait de marmonner n’étaient pas toujours liés.

Quoi qu’il en soit, Lala &ce ouvre la deuxième piste de la mixtape, SuperSweet16 avec ces mots :  « J’parle pas trop, je fais des signes. »

L’autotune ou vocoder sont également très présents mais paradoxalement, la voix de Lala &ce est naturellement assez grave donc le tout forme quelque chose d’harmonieux et beaucoup moins agressif qu’une voix aigüe sous vocoder. L’inspiration du vocoder lui vient d’artistes des années 2000 tels que T. Pain ou Lil Wayne ; elle confiait en mai 2017 dans une interview pour Les Inrocks qu’elle considérait l’autotune comme un véritable instrument de musique. Elle ajoutait que le chopped and screwed, c’est-à-dire des morceaux avec des rythmes ralentis lui permettaient de plus ressentir les émotions.

Des collaborations bien choisies

Lala &ce s’est entourée de personnes dans la lignée des différents endroits où elle est basée, les villes de Lyon, Paris et Londres – avec certes quelques exceptions.

A la production on retrouve :

  • Rolla sur quatre morceaux (ils collaborent souvent ensemble et avaient notamment livré les morceaux Bright et Jessica Jones) :
  • Konnorkilla sur l’efficace SuperSweet16 (aussi producteur de son morceau BBB sur la compilation Deezer La Relève sortie en 2019),
  • Risky business basé à Monaco (sur l’incroyable Wet (Drippin’)),
  • Gouap sur deux morceaux (beatmaker membre du Lyonzon),
  • Dyan D, beatmaker spécialiste de type beats à en croire sa chaîne YouTube
  • Tommy Kruise, beatmaker et DJ basé à Montreal
  • D’autres producteurs sur lesquels je n’ai pas trouvé d’informations (Yann K et Myth)
TrackTitreProduction
1Early Bird – IntroRolla

 

2SuperSweet16Konnorkilla

 

3Wet – Drippin’Risky business
4AmenGouap (Lyonzon) (co-prod Ray Michael)
5Serena – BotchoRolla
6Cell OffRolla
7Mémoire ft. Pucci JrRolla
8TouchDyan D
9CouléeGouap (Lyonzon)
10Jamaican n’ Something Else ft. Shola MajicMyth
11EmzolynYann K
12Tous les jours ft. Jorrdee et Retro XTommy Kruise

Au niveau des featurings, on trouve :

Petit aparté sur les visuels

Pour le moment, seuls Wet – Drippin’, Serena – Botcho et Coulée sont clippés mais d’autres visuels devraient sortir prochainement.

Notes autour du projet (ou pourquoi Lala &ce est importante)

Mon morceau favori est Touch parce qu’il sort du lot et est différent de tout ce que Lala a pu faire jusqu’ici. Ceci dit, tous les morceaux valent le coup, le projet se tient du début à la fin ; je ne ressens le besoin de passer aucune chanson. En écoutant les titres de ce projet, j’attends toujours patiemment Le Son D’après. (No pun intended).

Ce qui me séduit aussi avec Lala &ce c’est d’entendre une femme parler d’amour, de sexe, de sensualité à propos d’autres femmes ; c’est quelque chose que je n’avais jamais entendu dans le rap français et ça fait énormément de bien. Le fait que Lala reprenne la figure de Serena Williams ou de Jessica Jones, femmes puissantes et rabaissées à la fois, dans sa musique est également important.

Illustration article LSDA

Lala &ce figure sur la programmation du festival Loud & Proud et se produira le 6 juillet 2019 à la Gaîté Lyrique.

Inès Blzn
Inès Blzn
Mixologue

Rejoins-nous sur Facebook et Instagram