Les 30 punchlines les plus controversées du rap français

Le rap est un genre musical sulfureux, qui ne s’embarrasse pas de la conciliation ou du semblant. C’est justement cette liberté de parole, ce je m’en foutisme, qui lui confère toute sa force. Et même si depuis quelques années, la tendance est à l’auto-censure (Médine qui annule son concert au Bataclan, par exemple), le rap demeure un genre musical impertinent qui n’a pas fini de choquer.

Retour sur les 30 punchlines ayant causé une forte controverse/polémique, parfois au sein de la communauté rap, parfois à l’extérieur.

30. « Fuck you, fuck la France, fuck Domenech » – Booba

Booba

Morceau : Caesar Palace (2010)
Album : Lunatic

Première phrase du morceau, qui annonce directement la couleur. Conscient que le « fuck la France » a choqué, Booba a expliqué l’emploi de cette punchline par le racisme qu’il a vécu étant plus jeune, notamment lorsqu’il cherchait un appartement. Le « fuck Domenech » est une critique de la mentalité conservatrice de la France, qu’il associe à Raymond Domenech, ancien sélectionneur de l’équipe de France de Football.

29. « Et oui je siffle la Marseillaise, et je te baise, c’est comme ça » – La Rumeur

La RumeurMorceau : Les mots qui me viennent (2004)
Album : Regain de tension

La Rumeur, l’un des plus importants groupes de rap français, distille à travers Ekoué cette punchline, qui, là encore, est la première phrase du morceau. Siffler la Marseillaise, hymne national français, est un acte emblématique et celui-ci est d’autant plus fort qu’une certaine fatalité et inévitabilité entoure ce propos, avec le « et je te baise, c’est comme ça ». Important groupe protestataire et politisé, La Rumeur se distingue par un franc-parler et une culture rarement égalés dans l’univers du rap français.

28. « Après s’être fait sodomisé, je veux pas sentir un pet de Ruquier » – Alkpote

AlkpoteMorceau : Candyman (2016)
Album : Les marches de l’Empereur

Alkpote nous délivre là une punchline visant l’animateur Laurent Ruquier, célèbre pour son émission On n’est pas couché. En attaquant son homosexualité, Alkpote critique à la fois l’élitisme de son émission, qui critique et se moque très souvent de ses invités rappeurs mais c’est aussi une façon de laisser libre court à une homophobie assumée. Il déclarera d’ailleurs en interview qu’il ne se rendra jamais l’émission de Laurent Ruquier, le qualifiant au passage de « monstruosité qui pue le sperme ».

27. « Nique la police » – NTM

NTMQuand ? : Le 14 juillet 1995
Où ? : En concert, à la Seyne-sur-Mer

En guise d’introduction au morceau Police, Joey Starr scande « Nique la police ! » qui sera repris en cœur par la foule. Cela vaudra à NTM d’être condamné en première instance, 1 an plus tard, à 3 mois de prison ferme et à 6 mois d’interdiction d’exercer leur métier sur l’ensemble du territoire français. Cette peine sera finalement allégée en appel à 7000€ d’amende.

26. « Ceux qui ont levé ta mère m’ont passé le salem au bigo » – Rohff

RohffMorceau : Wesh Zoulette (2015)

Premier clash visant ouvertement et explicitement Booba, beaucoup ont estimé qu’une ligne rouge avait été franchie avec cette ligne. Rohff fait ici allusion au kidnapping contre rançon de la mère de Booba, ayant eu lieu 10 ans auparavant.

25. « On a fumé un keuf : c’est l’Aïd ! » – La Fouine

La FouineMorceau : Fouiny Gamos (2011)
Album : La Fouine vs Laouini

Avec sa variante « On a fumé un keuf : Mazel Tov ! », La Fouine compare la mort d’un policier avec le sacrifice de moutons de l’Aïd, fête occasionnant la fin du jeune dans le rite musulman. Cette punchline a notamment fait réagir Fdesouche, site étendard de l’extrême-droite française.

24. « Les négros sont déclassés par Pokora, Diam’s et Sinik, la honte négro ! Tu te rends comptes négro ? » – Booba

BoobaMorceau : Le D.U.C (2007)
Album : Autopsie 2

Booba critique le chanteur M.Pokora et les rappeurs Sinik et Diam’s, qui en 2007, occupaient le haut de charts. Au travers de cette punchline, Booba trouve inacceptable que le rap soit représenté dans l’imaginaire du grand public par ces 3 artistes et que d’autres rappeurs, plus talentueux, soit négligés. En comparant 3 artistes blancs et en ajoutant « négro » en opposition, Booba créera le malaise chez une partie des auditeurs de rap français et chez plusieurs rappeurs français qui estimaient que cette phrase avait un sous-entendu malsain.

23. « Je vais aller me tatouer une croix gammée » – Alkpote

AlkpoteMorceau : Sadisme et Perversion (2016)
Album : Sadisme et Perversion

Référence explicite au nazisme, ce n’est pas la première fois qu’Alkpote fait référence au régime nazi, puisqu’il portait un uniforme de la Waffen-SS dans le clip Chiens. Alkpote réussit l’exploit de sortir l’une des lines les plus violemment antisémites du rap français, sans insulter les juifs.

22. « T’as vu un babtou ? Y a une hagra qui va avec ! » – Sefyu

SefyuMorceau : La vie qui va avec (2006)
Album : Qui suis-je ?

Dans le morceau La vie qui va avec, Sefyu associe des choses qui vont ensemble. Il considère que ce qui va avec un babtou (un blanc), c’est une hagra (une raclée), accréditant le fait que les blancs soient des cibles faciles. Cette ligne est assez rare dans le rap français, qui s’attaque d’habitude plutôt au structurel (justice, police, état) mais assez rarement directement aux blancs. Cette punchline causera beaucoup de remous dans le rap français et le rappeur blanc 25G y répondra notamment dans son morceau Babtou pure souche.

21. « L’État français j’lui fais sa fête, nique sa grand-mère le 14 Juillet, négro pour enculer Marianne faut juste les papiers pour s’essuyer » – Ateyaba (ex-Joke)

Morceau : Majeur en l’air (2014)
Album : Ateyaba

Peu habitués à du contestataire venant de Joke, cette punchline marque car elle est une attaque visant 3 points symboliques : la fête nationale du 14 juillet, Marianne : symbole de la République et les papiers français, attestant de la citoyenneté française. En attaquant tous azimuts ces éléments relevant du symbolique, Joke affirme son rejet total et complet de la France. Cette phrase a causé une violente polémique sur Internet, d’autant plus qu’il s’agissant du premier extrait de son album, et donc un single clippé.

20. « J’ouvre une bouteille à chaque fois qu’ils ferment le cercueil d’un flic » – Kaaris

KaarisMorceau : Sombre (2013)
Album : Or Noir part.2

En marquant l’opposition entre « ouvrir » et « fermer », Kaaris montre ici comment un événement peut être interprété différemment selon les parties. Des policiers pleureront leur collègue décédé, tandis que lui ouvrira une bouteille afin de célébrer. Et la célébration ultime reste la postérité : cette punchline a été reprise en tag à de nombreuses reprises lors de manifestations étudiantes.

19. « La France est une garce n’oublie pas de la baiser, jusqu’à l’épuiser, comme une salope faut la traiter » – Monsieur R

Monsieur RMorceau : FranSSe (2004)
Album : Politikment Incorrekt

En jouant sur le SS, représentant les officines nazies, le titre FranSSe annonce la couleur d’entrée. Morceau hautement engagé, il créera une polémique médiatico-politique en se faisant attaquer à la fois par les syndicats de police et par des députés politiques. Une plainte est déposée, visant à censurer son album, mais la plainte est finalement déboutée car jugée irrecevable.

18. « J’te baise comme une chienne pourtant tu portes le foulard » – Damso

DamsoMorceau : Pinocchio (2015)
Album : Nero Nemesis

Morceau ayant fait sortir Damso de l’anonymat, Pinocchio s’accompagne aussi d’une violente polémique. Le foulard étant traditionnellement un accessoire utilisé par les femmes musulmanes afin de mettre en avant leur piété, Damso fait le parallèle entre cette piété de façade et un comportement plus déluré en privé. Il se fit attaquer sur son irrespect de l’islam et des femmes en général, et s’en expliqua en interview. Selon lui, il faisait référence à une histoire vraie, qu’il a vécu et ne généralisait pas à l’ensemble des femmes portant le foulard.

17. « Ferme ta gueule ou tu vas te faire Marie Trintigner » – Orelsan

OrelsanMorceau : Saint-Valentin (2006)

Orelsan dépeint dans Saint Valentin des déclarations à l’exact opposé du romantisme, il fait ici référence à Marie Trintignant, célèbre actrice, morte sous les coups de son mari, Bertrand Cantat, du groupe Noir Désir. La punchline a tellement marqué les esprits qu’elle a même sa propre page Wiki. Orelsan fut poursuivi en justice par des associations féministes pour ces propos et pour la chanson Sale Pute, avant d’être finalement relaxé entièrement en 2016.

16. « Je mélange mes fantasmes et mes peines, comme dans ce rêve où ma semence de nègre fout en cloque cette chienne de Marine Le Pen » – Youssoupha

YoussouphaMorceau : Éternel recommencement (2007)
Album : A chaque frère

Phrase très hardcore qui vise Marine Le Pen, qui à l’époque était désignée comme étant la future « successeuse » de Jean-Marie Le Pen à la tête du FN. C’est ce qui lui a valu beaucoup d’attaques du rap français à l’époque, notamment Diam’s avec le morceau Marine, mais la punchline de Youssoupha reste la plus violente jamais écrite à l’adresse de Marine Le Pen. Déjà en s’autoqualifiant de « nègre », Youssoupha se rabaisse volontairement en se montrant tel que Marine Le Pen le voit. Et le fait qu’une « chienne » raciste blanche soit enceinte d’un « nègre » sous-entend soit qu’elle s’est faite violer, soit qu’elle a des névroses non résolues. Dans les deux cas, l’image donne froid aux yeux.

15. « Ça m’a soulé, j’crois qu’il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique » – Maitre Gims

Maitre Gims (Sexion d'Assaut)Morceau : On t’a humilié (2006)
Album : La terre du milieu

Phrase très imagée de l’époque homophobe de la Sexion d’Assaut (bien avant leur succès commercial), cette punchline interpelle par sa violence. Avec l’image très violente de pénis coupés et de cadavres sur le périphérique, Maitre Gims montre ici un rejet viscéral de l’homosexualité.

14. « Les hyènes ressentent la tumeur et moi je suis d’humeur palestinienne » – Booba

Booba Ali LunaticMorceau : Destinée (2002)
Album : Temps Mort

Phrase qui a causé un véritable tollé à l’époque, allant jusqu’à se faire censurer lorsque le son passait sur Skyrock. Booba associe l’humeur palestinienne avec la mauvaise humeur, en référence au conflit israélo-palestinien. Les palestiniens utilisant des moyens de fortune (pierres, explosifs artisanaux…) pour attaquer/se défendre face aux israéliens, cette phrase peut également être interprété comme étant une humeur vengeresse et débrouillarde.

13. « Je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo » – Nekfeu

NekfeuMorceau : Marche (2013)
Album : La Marche – B.O

Charlie Hebdo est un magazine satirique créé en 1970. Au cours du 21e siècle, il leur a été reproché (à tort ou à raison) de particulièrement prendre les musulmans pour cible dans leurs caricatures. Ce à quoi Nekfeu réclame un autodafé, jugement par le feu qui dans sa version la plus populaire consiste à brûler des livres considérés comme étant immoraux. La rédaction de Charlie Hebdo se prononce peu après, jugeant cette punchline « effarante de violence ». 2 ans plus tard, le 7 janvier 2015, un attentat est perpétré dans les locaux de Charlie Hebdo, décimant une partie de la rédaction. Suite à cette attaque, Nekfeu affirma s’être « senti con » et regretter ses lyrics.

12. « Crucifions les laïcards comme à Golgotha, le polygame vaut bien mieux que l’ami Strauss-Kahn » – Médine

Morceau : Don’t Laïk (2015)
Album : Démineur

Médine s’attaque ici aux laïcards, qu’il considère comme étant extrémistes et dotés d’un deux poids deux mesures, prompt à condamner l’islam mais pas les autres religions. Il fait référence à Golgotha, lieu où Jésus a été crucifié afin de mieux opposer laïcisme et religion. Il fait également un parallèle entre deux formes de polygamie : celle qui peut être adoptée en Islam et celle, beaucoup moins critiqué de Dominique Strauss-Kahn, ancien ministre connu pour ses scandales sexuels. Cette punchline lui valut l’ire de la classe politique et médiatique lorsque Médine annonça ses concerts au Bataclan, symbole de la lutte « laïque » contre le terrorisme islamiste.

11. « Quand je vois la France les jambes écartées, je l’encule sans huile » – Booba

BoobaMorceau : Le bitume avec une plume (2002)
Album : Temps Mort

Cette ligne en a fait hurler plus d’un. Alain Finkielkraut l’a d’ailleurs reprise sur le plateau d’On n’est pas couché afin de démontrer que le rap était anti-France. Avec cette punchline, aussi violente qu’une sodomie sans huile, Booba montre son indifférence à la souffrance que peut ressentir la France et met l’accent sur sa réaction (et son action) suite à un constat.


10. « Hardcore, comme deux pédés qui s’embrassent en plein Paris » – Ideal J

Ideal JMorceau : Hardcore (1998)
Album : Le combat continue

Classique du rap français, le morceau Hardcore joue sur une répétition du mot « Hardcore » suivi d’un fait qui est considéré par Kery James comme étant particulièrement grave. Si les mentions de Marc Dutroux, Le Pen, O.J Simpson ou encore Malik Oussekine sont logiques sur ce morceau, la juxtaposition du terme « Hardcore » et de l’homosexualité a beaucoup choqué. D’autant plus que c’est le terme « pédé » qui est employé, ajoutant une touche supplémentaire d’homophobie, tandis qu’ajouter « en plein Paris » sous-entend qu’il faudrait que ce soit caché et non visible. Devant le ras-de-marée que provoque cette punchline, Kery James s’explique et affirme qu’il aurait pu dire la même chose des couples hétérosexuels. Il censurera systématiquement cette ligne lorsqu’il jouera le morceau en concert, le remplaçant par le plus conventionnel « les gens font l’amour en plein Paris ».

9. « On canarde tout pour une cause : Mohamed Merah ! » – Benash

BenashMorceau : Porsche Panamera (2014)

Benash est un des membres du 40000 Gang (ex-S.D.H.S Family), jeune groupe du 92 que Booba cherchait à mettre en avant, notamment en apparaissant sur leurs morceaux. C’est par le biais de Booba que ce morceau va toucher le public rap et donc bénéficier d’une exposition conséquente. La phrase intervient 2 ans après les attentats de Toulouse et Montauban, perpétrés par le terroriste Mohamed Merah, qui tuera 4 juifs et 3 policiers. Benash interprète les tueries de Merah comme étant un cri de colère et de revanche vis-à-vis du conflit israélo-palestinien, et considère donc les actes de Merah comme étant dirigés par une cause.

Même si Booba s’est contenté d’intervenir en featuring sur le morceau, c’est lui qui est directement accusé, notamment par le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme, qui a porté plainte pour incitation à la haine et apologie du terrorisme.

8. « La France est une garce et on s’est fait trahir, le système, voilà ce qui nous pousse à les haïr » – Sniper

SniperMorceau : La France (2001)
Album : Du rire aux larmes

Refrain d’un morceau hautement polémique, Tunisiano exprime un sentiment ambivalent entre frustration et haine. Son sentiment de trahison est celui d’un jeune arabe ayant vu ses parents se saigner pour un pays qui ne les considère pas comme français et n’a rien à leur offrir comme perspectives d’avenir. Passé cette frustration, s’ensuit la haine, une haine qui tire ses origines dans le système français (contrôles au faciès, discriminations, police). Difficile de savoir ce qui se cache derrière « les haïr », on ne sait pas si c’est une structure ou une population qui est visée.

Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur de l’époque, les qualifiera de « voyous qui déshonorent la France ». C’est l’une des punchlines qui a le plus mobilisé l’extrême-droite, qui s’est organisée de manière très calculée afin de nuire au groupe. C’est d’ailleurs par son biais que Sarkozy a été obligé de prendre la parole, manifestant devant leurs salles de concert, envoyant des lettres aux députés et appelant même les maires.

7. « Je vais à la chicha pour les beurettes » – Booba

BoobaMorceau : Vrai (2014)

Il y a une longue histoire dans le rap français concernant les femmes maghrébines. Un tabou qui ne dit pas son nom mais qui génère les passions chaque fois que le sujet revient sur la table. Cette fois-ci c’est par l’intermédiaire de Booba que le sujet revient avec fracas sur le dessus de la pile. Il lui sera reproché, en tant qu’homme noir, de stigmatiser les femmes maghrébines afin d’humilier leurs « frères ». On tourne donc à du conflit intérieur au rap et intercommunautaire, entre arabes et noirs. De nombreux boycotts de Booba sont organisés, sans grand succès, jusqu’à ce que Bassem (ex-Chronic 2 Bass) fasse une vidéo annonçant qu’à cause de ses propos contre les femmes maghrébines (qu’il appelle péjorativement beurettes) Booba ne se produira pas à Lyon.

C’est donc une menace implicite, Bassem ne possédant pas la boite ou Booba comptait se produire et n’étant pas le maire de la ville de Lyon, sa seule façon d’empêcher Booba de se produire était la violence physique. Booba tourna en dérision la vidéo, rajoutant qu’il sera bien présent à Lyon pour son showcase, donnant une énorme visibilité à Bassem, dont le discours a alors résonné dans le cœur et la tête de beaucoup. Finalement Booba ne put pas se produire, des dizaines d’individus ayant saccagé au préalable la boite où il devait effectuer son showcase. Par la suite, Booba prit des précautions en englobant toutes les femmes dans ses lyrics « Même à travers fumée d’chicha, j’y vois net / J’y vais pour Niafous, Beurettes, Antoinette » (dans le morceau Salside).

6. « Pas de paix sans que le poulet repose en paix, est-ce que tu le sais ? » – Ministère A.M.E.R

Ministère AMERMorceau : Sacrifice de poulets (1995)
Album : La Haine – B.O

En répétant la notion de paix, à la fois pour illustrer la tranquillité qui découlerait de la mort d’autrui, le Ministère A.M.E.R frappe fort. Ce morceau raconte une soirée d’émeutes en banlieue parisienne. Le ton est expéditif et clair, la préconisation est la mort pure et simple des policiers. Ce morceau fut un véritable scandale, avec à la clé une plainte du ministre de l’Intérieur de l’époque, Jean-Louis Debré, pour appel au meurtre. Le groupe fut condamné à une amende de 250.000 francs, qui fut l’une des raisons de la séparation du groupe.


 

5. « Je mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour » – Youssoupha

YoussouphaMorceau : A force de le dire (2009)
Album : Sur les chemins du retour

Eric Zemmour est un polémiste et journaliste français, notamment connu pour sa participation dans l’émission On n’est pas couché de Laurent Ruquier, entre 2006 et 2011. il a son actif une phrase en particulier, où il assimile le rap à « une sous-culture d’analphabètes », c’est entre autres cette phrase qui a poussé Youssoupha à réagir. Les débats ont été longs pour savoir comment interpréter cette ligne. Est-ce que la punchline est à interpréter littéralement ? Dans ce cas, comme l’affirme Youssoupha, il propose de l’argent à la personne qui arrivera à faire taire, dans un débat où bien même en le mettant face à ses contradictions, Eric Zemmour.

Zemmour, lui, affirme le contraire, il affirme que la phrase ne doit pas être prise littéralement mais plutôt par son expression « faire taire » qui veut aussi dire tuer et donc par la même occasion réduire au silence. Il interprète ceci comme une menace de mort et dépose plainte pour « menace de mort ». Les médias couvrent largement l’évènement, il faut dire que rares sont les rappeurs à avoir répondu aux propos du polémiste. Condamné en première instance à 800€ avec sursis, Youssoupha est finalement relaxé en appel.

 

4.« On est homophobes à 100% et on l’assume » – Lefa

LefaQuand ? : Juin 2010
Où ? : Dans le magazine « International Hip-hop »

Plusieurs choses interpellent dans cette phrase. Tout d’abord, elle est prononcée hors du cadre musical, en interview. Ensuite l’homophobie est jaugée comme étant à « 100% » et est même assumée. Inaperçue pendant près de 8 mois, cette interview ressurgira sur Twitter et effet boule de neige aidant, touchera l’ensemble du spectre politico-médiatique. Rarement un retour de bâton n’aura été aussi violent, Sexion d’Assaut étant un groupe très populaire depuis l’album l’Ecole des Points Vitaux et ayant un succès important parmi les adolescents, les politiques ne tardèrent pas à monter au créneau.

Les associations LGBT et l’extrême-droite vinrent aussi ajouter leur grain de sel au scandale, causant l’annulation de la quasi-totalité des partenariats et concerts de la Sexion d’Assaut. Après des excuses en bonne et due forme, l’histoire fut pardonnée, notamment par les associations LGBT, contribuant à la réhabilitation de la Sexion dans le paysage français.

 

3. « Des centaines d’entre nous sont tombés sous les balles de la police » – La Rumeur

La RumeurQuand ? : 29 avril 2002
Où ? : Dans le magazine « La Rumeur Mag »

A l’occasion de la sortie de leur premier album, L’ombre sur la mesure, le groupe La Rumeur publie un magazine intitulé « La Rumeur Mag » où il y affirme les propos suivants. C’est le début du plus long feuilleton judiciaire du rap français. A peine 3 mois après, le ministère de l’Intérieur attaque le groupe en justice pour « Diffamation publique envers la Police nationale« . 2 ans après, en décembre 2004, le couperet tombe : relaxé.

C’est sans compter sur l’abnégation du ministère de l’Intérieur, qui fait appel de cette décision, occasionnant une nouvelle relaxe, en mai 2006. Le parquet décide néanmoins de se pourvoir en cassation. La cour de cassation va annuler la relaxe de La Rumeur, entrainant un nouveau jugement de l’affaire, qui aura lieu en 2008. Au cours de celui-ci, Hamé est relaxé mais le ministère public décide de se pourvoir une nouvelle fois en cassation. En 2010, la Cour de cassation rejette le pourvoi, mettant fin à 8 ans de marathon judiciaire.

 

2. « Je me sens coupable quand je vois ce que vous a fait ce pays de kouffars » – Black M

Black MMorceau : Désolé (2010)
Album : L’école des points vitaux

Dans le morceau Désolé, chaque membre invité de la Sexion décrit ses regrets, notamment vis-à-vis à sa famille. Black M lui, estime se sentir coupable en voyant ce qu’a fait ce pays de « kouffars ». Il y a 2 éléments importants pour comprendre cette polémique. Tout d’abord elle éclate en mai 2016, soit un peu plus d’un an après les attentats de Paris. La France étant frappée par des attentats islamistes depuis quelques années, la population a appris des termes, employés par Daesh ou Al Qaïda, qu’elle ne connaissait pas auparavant et qu’elle va du coup, connoter de manière péjorative. C’est le cas pour « kouffar » (mécréant), « taqiya », « jihad » etc.

Le deuxième élément, qui a également son importance, est Verdun. Black M y a été invité pour chanter à l’occasion de la célébration du centenaire de la bataille de Verdun. Le point de départ de cette polémique est l’extrême-droite, qui, à grands renforts de hashtag et d’interpellations d’élus FN est parvenu à faire des lyrics passés de Black M un problème majeur pour sa participation à Verdun. Le 3e point, plus subsidiaire, est que le fait ayant poussé l’extrême-droite a rechercher des informations compromettantes sur Black M est avant tout sa couleur de peau, beaucoup jugeant offensant qu’un Noir chante à Verdun, événement historique et symbolique de France.

L’ampleur médiatique a pris une tournure telle, qu’elle a même poussé le président de la République de l’époque, François Hollande, à intervenir et justifier la présence de Black M. Sa présence fut finalement annulée par la mairie PS pour « risques de troubles à l’ordre public« .

 

1. « Je baiserai la France jusqu’à ce qu’elle m’aime » – Tandem

TandemMorceau : 93 Hardcore (2005)
Album : C’est toujours pour ceux qui savent

L’une des phrases les plus connues, les plus emblématiques du rap français, qui a marqué toute une génération, a fini sur des murs, sur des t-shirts, sur des statuts MSN et fut reprise en hommage à de nombreuses reprises. L’ambivalence de cette punchline mythique en fait toute sa force. Douce et violente à la fois.

Alors que beaucoup y voient de l’anti-France brut, cette phrase est en réalité beaucoup plus subtile, le besoin d’être aimé, affectionné, choyé par la France se fait ressentir. Un peu comme un mauvais garçon qui serait prêt à faire toutes les bêtises pour se faire remarquer et que la jolie blonde du collège lui accorde un peu d’attention.

« J’baiserai la France jusqu’à ce qu’elle m’aime », c’est une phrase d’amour. Quand je cherche son amour, la France ne me le renvoie pas. C’est pour lui dire : je ne veux pas de la vie que tu as calculée pour moi. Je suis français et il faut que tu fasses avec moi.

Mac Tyer

Alors qu’il faut normalement aimer avant de coucher, Mac Tyer emprunte le sens inverse, conscient que la France ne peut/veut pas l’aimer naturellement comme elle le fait avec ses enfants « légitimes ». Il n’y a plus qu’à espérer.