Les 5 plus gros clash de l’histoire du rap français

Le clash est une part importante de la culture hip-hop. On peut le diviser en deux branches. La première, le battle, est une compétition entre deux MCs encadré par une structure et un vote du public (Rap Contenders, Word Up, Dégaine Ton Style…). Improvisé, préparé, avec ou sans instru, il n’y a pas vraiment de règles figées et l’interprétation est libre. On reste donc dans le compétitif et la bonne humeur et il y est très mal vu de dépasser certaines limites communément admises telles qu’insulter les mères, parler des défunts etc.

La deuxième branche, la diss track, ne rentre pas du tout dans ce cadre. C’est une attaque préparée pour détruire frontalement et sérieusement un adversaire. C’est de ce type de clash dont il sera question dans cet article. La scène rap française, comme la scène américaine, comporte son lot de clashs et d’attaques entre rappeurs. Retour sur les 5 plus gros clashs de l’histoire du rap français.

 

5. Kizito – Dis mon nom

Kizito et Sinik se connaissent depuis longtemps, puisqu’ils viennent du même quartier, aux Ulis. Tout commence en juin 2003, lors du battle qui les oppose à Dégaine Ton Style. Kizito se fait plier magistralement par un Sinik et une foule survoltés.

On retrouve d’ailleurs dans ce clash, beaucoup de lines du morceau L’assassin, qui sortira un peu plus tard. Suite à cette dérouillée filmée, Kizito rumine sa vengeance et appelle en se faisant passer pour un auditeur lors du passage de Sinik chez Générations, l’appel dérape vite en session clash. Sinik, qui a toujours un texte au cas où, parvient à s’en sortir sans trop de dégâts. T-Miss, l’animatrice de l’époque, était au courant des manigances de Kizito, ce qui lui valut d’ailleurs quelques rimes acerbes de Sinik par la suite.

En effet, Sinik décide un an plus tard, lors d’une session freestyle Skyrock avec Diam’s, de s’attaquer frontalement à Kizito en lâchant un diss track insultant notamment la mère de Kizito et T-Miss.

Extraits : « Depuis toujours, tu traines tout seul et t’as le seum, t’es pas un homme, t’es une tass, tout comme ta mère et ta soeur »

« Parlons-en de cette grosse pute de T-Miss, elle aime le rap et les pénis, c’est pas une meuf, c’est une péniche »

Suite à ce clash enregistré sur Skyrock, Kizito répond dans « Dis mon nom », morceau virulent où il attaque Sinik & Diam’s et leur reproche leur lâcheté. Sans être révolutionnaire, ce clash n’en reste pas moins drôle. De par son contexte (un inconnu étant aux prises avec 2 disques de platine, Kizito qui reprend la boulette pour attaquer Diam’s sur son poids), « Tom-Tom et Nana », ce clash est à la fois enfantin et divertissant, à une période où il y avait très peu de conflits d’une si grosse envergure.

 

4. La Fouine – Ferme ta gueule

La Fouine ne va pas s’embarrasser de politesse ou de formules galantes, avec ce morceau qui annonce la couleur dès le titre. C’est à la suite du morceau de Kamelancien, Reste Vrai, qui sans le citer, lui reproche d’être un musulman swag, en louant d’un côté des femmes et de l’autre l’islam et d’être extravaguant en en « faisant trop » que La Fouine décide de sortir la sulfateuse.

Ferme Ta Gueule est un morceau vulgaire, sans subtilité, qui met directement les pieds dans le plat. Il attaque Kamelancien avec une violence inouïe , tout y passe : imitations, insultes, références sexuelles scabreuses. Kické sur la prod de Real Muthaphuckkin G’s d’Eazy-E en plus.

Extraits : « T’as une voix trop bizarre, j’crois que t’as trop sucé des bites
J’suis obligé de mettre « repeat », j’comprends rien à tes aboiements de pitt »
« Chacun sa voie, moi j’ai déjà choisi ma voie, déchirer avec ma voix
Pendant que des petites putes comme toi aboient »
« Et tu piques celui des autres, sans même mettre de garrot
Quand on s’est croisé, tu m’as sucé la bite »

 

3. Sinik – L’homme à abattre

Critiqué par Booba dans le morceau Le Duc, « les négros sont déclassés par Pokora, Diam’s et Sinik, la honte négro ? Tu te rends comptes négro ? », Sinik réplique avec le morceau L’homme à abattre. Morceau qu’il considérera d’ailleurs comme étant un carton jaune, un simple avertissement. En effet, sur les 3 couplets du morceau, seulement un est adressé à Booba.

Mais 16 mesures ont suffi pour étioler sérieusement l’image de Booba. Sinik s’attaque à sa street-crédibilité : « Dans tes chansons, tu joues le fou, tu fais parler les guns, Ici on n’y croit pas, car un voyou n’appelle jamais les keufs » en référence au kidnapping de sa mère, et lui reproche une baisse de niveau depuis Lunatic.

La réputation de Sinik n’étant plus à refaire, le clash est très bien ficelé et les punchlines font mouche, ma préférée étant « Ce mec est un menteur, c’est le bitume avec une flûte ». Cette réponse entrainera Carton Rose de Booba, réponse nettement en-dessous, bien que plus décontractée et nonchalante.

 

2. MC Jean Gab1 – Jtemmerde

Du jamais vu dans le rap français.
Déjà de par son format : dans le morceau J’t’emmerde, MC Jean Gab’1 s’attaque à plus de 20 personnes en un seul morceau. Parmi lesquelles : Booba, Kery James, Cut Killer, Fonky Family, La Brigade, Lord Kossity, Sheryo, Saïan Supa Crew, Sully Sefil
Si ce morceau a fait autant de bruit à l’époque, c’est qu’il n’y avait pas vraiment eu de vrai diss track matérialisée auparavant. Ça restait bon enfant et festif. J’t’emmerde vient boulverser cet ordre établi et poussera notamment Booba, Sheryo et Joey Starr à répondre.

C’est également le morceau qui sera à l’origine, 5 ans plus tard, de la bagarre entre MC Jean Gab’1 et la Mafia K’1 Fry. Techniquement et au niveau du flow, le morceau est clairement nul, mais son impact démesuré sur la scène française en font aujourd’hui un indispensable.

1. Rohff – Wesh Zoulette

Rohff choisit la date symbolique du 11 septembre pour lancer son ogive Wesh Zoulette sur Booba. Depuis plusieurs années, les rappeurs se lançaient des piques subliminales, jusqu’au 27 août 2012, où Rohff va pour la première fois nommer Booba, chez Fred de Skyrock et le traiter de « Zoulette ».

Booba va directement modifier son agenda de sortie et sortir Wesh Morray à la place de Caramel, le 6 septembre 2012. Le morceau Wesh Morray contenant des phrases portant à confusion telles que « Allez à Planète Rap, sucez, faites ce que vous voulez », « Tu prends tes clics, tu niques ta mère, tu fermes ta gueule, tu dis de la merde ». Il n’en a pas fallu plus à Rohff, qui 5 jours plus tard, le 11 septembre 2012 sortira une diss track entière. Ce clash est actuellement le plus gros du rap français, en termes d’impact, de qualité et de retombées.

Rohff dissèque chaque partie de la vie de Booba dans Wesh Zoulette, sa tendance à tirer vers le bas les artistes avec qui il collabore, sa fake credibility et se permet même de lâcher cette phrase assassine : « Ceux qui ont levé ta mère m’ont passé le Salem au bigo »
Important aussi parce qu’il crève enfin l’abcès de nombreuses années de guerre froide entre les deux rappeurs, important aussi parce que cette rivalité s’est aussi matérialisée entre les fans, qui formaient deux blocs distincts. Important parce que ce sont deux vétérans du rap français qui avaient su traverser les âges qui s’affrontaient, chacun avec ses classiques, ses ventes et sa fanbase.

Tibbar
Do you fools listen to music or do you just skim through it ?

Rejoins-nous sur Facebook